item1a1
Pasuniques2b1
Pasuniques1b1
item1a1
Pasuniques2a2a Pasuniques2a1j1 Pasuniques2a1a1a Pasuniques2a1b1a Pasuniques2a1c1a Pasuniques2a1d1a Pasuniques2a1e1a Pasuniques2a1f1a Pasuniques2a1g1a Pasuniques2a1h1a Pasuniques2a1i1a
Pasuniques1b1
Pasuniques1b1 Pasuniques1a2a Pasuniques1b1
Pasuniques1a1a1
item9a
item4a item5a item6a item7a item8a
CIRCUIT SUD OUEST BOLIVIEN /
POTOSI

Photos Potosi

SUCRE
LA PAZ
LAC TITICACA
LAC TITICACA COTE BOLIVIEN
IMG3458
P1000221
IMG3657
IMG3076
IMG3489
IMG3475
IMG3468
PotosiReal1
P1000194
P1000195
IMG3494
IMG3495
P1000199
IMG3520

Haut de page

.

Nous prenons toute la mesure du passage de la frontière aujourd’hui ! C’est incroyable que de part et d’autre d’un trait sur une carte, il puisse y avoir un siècle d’écart.

La route est splendide (malgré son état !) et nous pouvons ici encore apprécier la chaîne des Andes.

Lundi 13 Avril 2009 :

Aujourd’hui, nous allons rallier Potosi, un ville un peu plus au nord en 6h de bus … En fait, c’est plutôt du « 4x4 bus » vu l’état de la route, du bus et surtout de ces suspensions qui visiblement étaient en option…

Untitled1a1a
Terre1a1
IMG1928d1a
IMG1971a
Mexique2005091a
IMG2520a
Pour revenir à l'acceuil, cliquez

Potosi

Un petit coup au cœur, quand même, quand ce nous pensions être des ruines (parce que on avait visité des structures similaire en Argentine) s’avère être les habitations des paysans boliviens …

Mur d’argile et toit de chaume, pas d’eau, pas d’électricité… De petits murs de pierres pour délimiter le terrain, un âne et un four à pain… Rien à voir avec l’Argentine.

Ici, les femmes arborent une tenue traditionnelle même en ville : Jupe de couleur vive sur un volumineux et bouffant jupon, collant de laine (bah oui, il fait froid à 4000m), tablier noué à la taille avec des poches immenses regorgeant certainement de milles et un trésor, un chemisier à fleur, un pull de laine et un châle multicolore qui en fait leur sert dans le dos à porter des charges qui font la moitié de leur poids !!!

Deux nattes noires ébènes encadrent leur visage rieur …

Et le plus important, et le plus élégant, un chapeau haut de forme porté très haut sur le sommet du crâne !

Seul anachronisme en ville, la sonnerie de Madona s’échappant du téléphone portable rangé précieusement dans leur tablier …

Là, pour nous le dépaysement est total !

Arrivée vers 16h à Potosi, cette ancienne ville richissime… mais ça je vous le conterais demain ! Seul ombre au tableau, nous sommes de nouveau à 4060m, et moi ça me va toujours pas …

Mardi 14 Avril 2009 :

Potosi, vous connaissez, … Non ? Et pourtant …

Au 16ème siècle, c’était la plus grande ville du monde ! Plus encore que Londres ou Paris actuellement … « The place to be » en quelque sorte !

Auparavant, petit village inca aux conditions de vie difficile en raison du froid et de l’altitude, il inscrivit son nom dans l’humanité sous le régime espagnol qui trouva ici LE Fillon …

L’histoire raconte qu’un paysan Inca,Diego Huallpa, escalada un jour la « belle montagne » à la recherche d’un de ses lamas égarés.

Surpris par la tombée de la nuit, il du faire un feu pour se réchauffer et eu la surprise le lendemain matin de voir à la place des bûches des filaments d’un métal précieux, l’argent…

Il en parla à son bon ami mais lorsqu’ils voulurent prendre des pierres, une explosion se produisit (En effet l’argent est issu d’un processus volcanique) !

De là naquit le nom de Potosi qui signifie explosion en langage Queschua.

Voyant là un signe de désaccord de la Terre Mère quand à l’exploitation de ce trésor, il décidèrent de vénérer cette « montagne sacrée » et de la respecter.

Les conquistadors espagnols, malheureusement, eurent vent de l’histoire et ne s’arrêtèrent pas avec ces croyances d’« indigènes ».

Ils mirent les incas dans les mines, parfois 3 à 4 jours d’affilée sans dormir et sans manger… 2000 à 3000 décès par jour, espérance de vie 27ans !

Mais en sortait un métal précieux, de l’argent pur à 97% … Ce fut la ruée vers l’Argent et la période de gloire de Potosi.

La ville connue un essor incroyable non sans avoir construit deux partie bien distinctes, celle des espagnols et leur belle et grande maison au style colonnial et le quartier des indigènes insalubre au possible avec néanmoins de belles églises pour les convertir de force aux christianisme …

C’est aussi à Potosi que fut créé la première maison de la Monnaie avec la création (à la main !) de pièce d’Argent,Les Réals.

Ces pièces espagnoles étaient toutes identiques par leurs motifs mais de valeurs différents en fonction de leur poids en métal précieux et ramener vers l’Europe après un long et périlleux périple !

Les mines furent exploités pendant quatre siècles, bien après le départ des Espagnols !

Actuellement la « Montagne sacrée » semble avoir été croquée par la mâchoire avide de l’homme, il n’y a plus d’argent dans les mines ou alors très impur et l’exploitation repose essentiellement sur le zinc, le cuivre et le plomb.

Il n’y a plus 150 000 habitants et vu la baisse des cours des métaux précieux, 4500 mineurs avec une espérance de vie de 45 ans …

Comble de l’ironie, les pièces boliviennes sont à l’heure actuelle fabriquées … en Espagne (car elles sont en nickel, seul métal qu’ils n’ont pas !)

Point d’orgue de ma petite litanie historique (attention, ouvrez bien vos yeux, c’est un scoop !)

Sur les faces des Reals, les pièces d’argent, étaient représentées deux hémisphères représentant l’ancien et le nouveau monde, surmontées très symboliquement par la couronne du roi d’Espagne et cette devise « utraque unun » : les deux ne font qu’un… (Un peu sûr de lui le roi d’Espagne tout de même !!!)

De part et d’autres des hémisphères, on peut voir deux colonnes autour desquelles sont enroulées une banderole en forme de S portant la devise des souverains. Ces colonnes symbolisaient en fait le détroit de Gibraltar, porte de l'Atlantique, que les Grecs appelaient les colonnes d'Hercule.

L'usage du S barré deux fois ($) comme symbole du dollar américain aurait pour origine ce dessin à savoir les deux colonnes et la banderole en forme de S…

Ma version de l’histoire est tout de même plus romantique que la notion d’un U et d’un S superposé pour United States,non ? ... J'attends déjà la critique de quelques profs d'histoire ...

Mercredi 15 Avril 2009 :

Après notre visite de la ville hier et notre niveau d’histoire bolivienne passé du néant à un p’tit quelquechose, aujourd’hui, visite des mines d’argent !

Tenue de combat obligatoire pour voir le trésor de près car les conditions de travail des mineurs, encore à notre époque, sont très difficile,… sure que la médecine du travail n’a jamais mis les pieds ici !

A Potosi, la visite des mines est une visite « sociale » …

Leur travail, difficile, est respecté de tous et il est de bon ton d’y venir avec quelques présents : de la dynamite d’abord pour faciliter leur travail et l’extraction des pierres … Pas de problème pour ça, ça se vend à tous les coins de rues …

Des boissons sucrées et surtout des feuilles de Coca pour lutter contre l’altitude, la fatigue, la faim (ils ne mangent pas de la journée) …

Et aussi des présents pour « El Diablo », la divinité de la mine. Encore à notre époque, chaque mineur, deux à trois fois par semaine effectue des rites auprès « El Diablo » ou encore « Tio » pour s’excuser de l’offense faite à la terre et à son trésor.

Ils lui apportent des cigarettes, des feuilles de Coca ou de l’alcool à boire (97°, tout de même !)

Avant de rencontrer les mineurs, nous jouons, sur le chemin, qui mène à la mine aux apprentis sorciers et faisons sauter (avec les guides bien sur) deux bâtons de dynamite … à deux doigts d’un chien qui passait par là …

Pas de blessés mais à mon avis cette pauvre bête est sourde à l’heure qu’il est !

Pour la visite des mines, je vais pas vous mentir, je ne suis pas descendue…

Malgré le Diamox, je suis toujours au plus mal a cause de l’altitude et aujourd’hui encore plus qu’hier. Alors non merci, très peu pour moi !

Cyrille, qui finalement n’est pas tellement au top non plus aujourd’hui, prends quand même son courage à deux mains et part explorer les profondeurs …

Longue pause déjeuner et visite en fin d’après midi de l’Eglise de San Francisco pour son panorama.

Ce soir, on refait les sacs car demain départ 6h pour Sucre, la capitale.